"Les Russes n'ont pas mobilisé tous leurs moyens": Zelensky raconte l'invasion du Donbass sur BFMTV

·3 min de lecture
Volodymyr Zelensky en duplex sur BFMTV le 20 avril 2022.  - BFMTV
Volodymyr Zelensky en duplex sur BFMTV le 20 avril 2022. - BFMTV

876450610001_6304503345001

C'est depuis son bureau présidentiel de Kiev que Volodymyr Zelensky nous a accordé cet entretien exceptionnel que BFMTV diffuse dans son intégralité ce mercredi, à 18h50. Le président ukrainien y évoque notamment l'offensive russe en cours dans le Donbass auprès de nos journalistes Yves Calvi et Ulysse Gosset.

Les Russes ne laissent "rien derrière eux"

Le chef d'Etat a prévenu: on peut redouter que les opérations en cours ne soient qu'un prélude à de plus grandes violences encore. "Les Russes n'ont pas encore mobilisé tous leurs moyens et ça peut être tactique. Donc je ne peux pas certifier aujourd'hui que c'est déjà l'offensive à grande échelle qui a commencé", a-t-il averti.

Il a dépeint un agresseur préférant ravager les territoires conquis que les occuper: "Les Russes avancent et ne laissent pas de ville derrière eux. Ils n'occupent pas ces villes car il n'y a plus rien à occuper. Il n'y a plus de bâtiment, plus d'habitants".

Quant aux bombes utilisés par les troupes adverses, Volodymyr Zelensky s'est contenté d'en relever "plusieurs types" sans davantage de précision. Il s'est en revanche penché sur une autre menace: "Nous vérifions aussi l'utilisation d'armes chimiques par la Russie". Il a donné rendez-vous: "Nous voulons être justes et nous nous fondons sur les faits. Nous devons prendre des échantillons et ceux-ci seront examinés par des spécialistes".

"La guerre a commencé il y a huit ans"

Volodymyr Zelensky a rappelé que l'offensive russe s'inscrivait sur une toile de fond déjà marquée par la guerre civile, entre Kiev et "républiques" séparatistes. "La situation au Donbass est difficile depuis huit ans car la guérilla y a régné depuis tout ce temps", a-t-il expliqué.

C'est d'ailleurs l'ensemble de la guerre que le chef d'État a voulu resituer dans le temps long: "Concernant la guerre, vous avez dit que la guerre a commencé le 24 février, mais j'aimerais que le monde comprenne que la guerre a commencé il y a huit ans. Le 24, c'est seulement l'invasion russe à grande échelle qui a commencé".

"La vie a repris à Kiev, mais.."

"On a compté 15.000 morts pendant cette première partie de la guerre. Il y a bien sûr beaucoup plus de victimes aujourd'hui", a-t-il déploré.

"La vie a repris à Kiev mais les frappes aériennes continuent", a-t-il par ailleurs indiqué.

Alors que les autorités dissuadent les habitants de la capitale d'y faire leur retour, Volodymyr Zelensky a abordé la question des évacuations de civils dans son pays devant l'avancée des troupes russes.

"Les évacuations continuent, sur la base du volontariat. L'État et les pouvoirs locaux fournissent les moyens de transport pour évacuer les personnes".

"Du point de vue de l'information de la population, nous essayons d'insister plus sur la nécessité d'évacuer car l'offensive a commencé", a-t-il complété.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles