Guerre à Gaza: «Les seuls morts que l'on recense aujourd'hui, ce sont ceux qui sont apparents»

Les acteurs humanitaires alertent d'un désastre en cours à Gaza. Mais comment prendre conscience de l'ampleur du drame ? Le nombre de morts est souvent invoqué, mais il diffère selon les sources. Le Hamas, l'ONU et Israël comptabilisent entre 30 000 et 35 000 morts avec un pourcentage plus ou moins important de civils. Ces données sont utilisées faute de pouvoir vérifier sur place. L'ancien officier français Guillaume Ancel se base sur l'analyse des armes utilisées.

RFI : Le Premier ministre Benyamin Netanyahu affirme que 14 000 combattants du Hamas et 16 000 civils ont été tués dans la bande de Gaza. Le ministère de la Santé du Hamas parle lui de 35 223 morts sans donner le nombre de civils, les Nations unies reconnaissent le même bilan, mais en spécifiant que 25 000 de ces corps n’ont pas été identifiés. Quel regard portez-vous sur ces différentes méthodes ?

Les comptages actuels manquent totalement de fiabilité dans la mesure où en réalité personne ne peut relever le nombre de morts, particulièrement tous ceux qui sont sous les décombres. Je rappelle que Gaza est une zone de guerre et qu'actuellement la moindre personne qui essaie de parcourir la bande de Gaza risque de se prendre une balle ou une bombe. Donc il y a plus de comptage sérieux depuis janvier.

Avez-vous votre propre idée du nombre de morts ?

À lire aussiBande de Gaza: sous les bombardements israéliens meurtriers, l’évacuation de Rafah se poursuit


Lire la suite sur RFI