Publicité

Guerre à Gaza: «Si l’armée israélienne entre à Rafah, ça sera une catastrophe»

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a donné son feu vert à de nouveaux pourparlers en vue d'une trêve à Gaza. Mais en attendant, le territoire palestinien assiégé est bombardé sans relâche par l’armée israélienne depuis presque six mois. À Gaza, la nouvelle de ces discussions en vue d’une trêve est accueillie avec beaucoup de prudence.

Les jours se suivent, la guerre se poursuit et l’espoir d’un cessez-le-feu s’amenuise dans la bande de Gaza, pointe notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa. Une trêve était espérée pour le début du mois de ramadan. Ce 29 mars marque le troisième vendredi du mois sacré pour les musulmans et rien n’a changé.

Les bombes israéliennes écrasent toujours le territoire palestinien. « Du nord au sud, aucune région n’est épargnée », raconte Asma à RFI. Cette Gazaouie est actuellement réfugiée à Rafah. « La nuit a été dure. Il y a eu des bombardements proches de nous. Ils ont attaqué et détruit des maisons à Rafah ». Les raids israéliens des dernières 24 heures ont fait au moins 71 morts, selon le ministère de la Santé du Hamas. Au total, plus de 32 623 Palestiniens ont été tués dans l'offensive israélienne de représailles, d'après la même source.

À lire aussiGaza: «Certains sont morts sous nos yeux, parfois car il ne manquait qu'un simple outil médical»

De nouveaux pourparlers


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Guerre à Gaza: Israël sommé par la CIJ de laisser passer l'aide humanitaire
Gaza: «Certains sont morts sous nos yeux, parfois car il ne manquait qu'un simple outil médical»