Guatemala: Bernardo Caal Xol, en tournée en Europe, se bat pour les droits de son peuple q’eqchi

Dans le nord du Guatemala, depuis les années 2010, la vie du peuple maya q’eqchi est bouleversée par la construction de centrales hydroélectriques sur le fleuve Cahabón. L’eau détournée pour ces centrales manque pour les cultures dont se nourrissent les communautés, les animaux qui vivent dans les fleuves meurent. Suite à de fausses accusations, Bernardo Caal Xol, qui se bat pour les droits de sa communauté sur le fleuve soient respectés, a été condamné à sept ans de prison. Libéré en 2021, il continue, malgré les menaces, de défendre son peuple q’eqchi.

RFI : Bernardo Caal Xol bonjour, pouvez-vous nous présenter le peuple maya q’eqchi ?

Bernardo Caal Xol : Au Guatemala, nous sommes 23 peuples mayas, avec 23 langues. J’appartiens à l’un d’entre eux, le peuple maya q’eqchi. Nous sommes plus d'un million de personnes, dans le nord du pays : les provinces de Petén, Alta Verapaz, Baja Verapaz, Izaval et Qiché.

Vous êtes instituteur, depuis 18 ans. Comment avez-vous commencé à défendre le peuple maya q’eqchi ?

Bernardo Caal Xol, vous avez été arrêté et incarcéré pendant plus de quatre ans

À lire aussiDes maires du Guatemala, du Salvador et du Honduras protestent contre l'exploitation d'une mine


Lire la suite sur RFI