Guadeloupe : "On ne peut pas utiliser la santé pour mener des combats politiques"

·1 min de lecture

Cela fait une semaine que la Guadeloupe connaît d'importantes violences liées à la contestation de l'obligation vaccinale et du passe sanitaire. Des barrages ont été édifiés sur certaines routes et des pillages ont eu lieu dans plusieurs villes. Dimanche, des renforts venus de métropole ont été envoyés par le gouvernement. Jean Castex recevra ce lundi après-midi les élus de l'île à Matignon, pour qu'ils puissent "exposer leur analyse de la situation sur place". Invité au micro d'Europe 1, Max Mathiasin, député MoDem de Guadeloupe, fait partie des élus qui vont rencontrer Jean Castex dans l'après-midi.

>> LIRE AUSSI - Guadeloupe : le démantèlement des barrages a commencé, mais les violences se poursuivent

L'attitude de certains acteurs du mouvement qui agite la Guadeloupe a déplut à Emmanuel Macron. "On ne peut pas utiliser la santé des Français pour mener des combats politiques", a-t-il tancé ce lundi en marge de son déplacement à Amiens. "Je ne crois pas que ce soit cela tout à fait", a réagit Max Mathiasin au micro d'Europe 1. "Si les Guadeloupéens sont rétifs à la vaccination, c'est qu'il y a des causes profondes", a-t-il ajouté.

"La pédagogie n'a pas prévalu"

Les élus locaux mettent régulièrement en avant le scandale du chlordécone, entre autres, pour expliquer la défiance de la population vis-à-vis de l'Etat. Seulement 46% de la population de l'île a reçu au moins une dose de vaccin, contre 77% en métropole. "On s'aperçoit que la grève a eu lieu parce que la pédago...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles