Guadeloupe: information judiciaire ouverte après le décès d'un homme contrôlé par des gendarmes

S.B.-E.
·2 min de lecture
Des gendarmes français bouclent une route le 30 juin 2013 à Petit-Bourg, dans les Caraïbes françaises de l'île de Guadeloupe. (Photo d'illustration) - Eddy Nedelkovski - AFP
Des gendarmes français bouclent une route le 30 juin 2013 à Petit-Bourg, dans les Caraïbes françaises de l'île de Guadeloupe. (Photo d'illustration) - Eddy Nedelkovski - AFP

Le procureur de Basse-Terre en Guadeloupe a annoncé lundi l'ouverture d'une information judiciaire, après le décès inexpliqué d'un sexagénaire hospitalisé suite à un contrôle de gendarmerie à Deshaies, en novembre 2020.

"Une information judiciaire est ouverte contre X du chef d'homicide involontaire", a indiqué le procureur de Basse-Terre Xavier Sicot à l'issue d'une conférence de presse très attendue, le décès de Claude Jean-Pierre suscitant des interrogations depuis plusieurs semaines en Guadeloupe.

Un collectif réclame "la vérité" sur le décès

"La justice fait et fera ce qu'il faut pour apporter les réponses en totale transparence" concernant la mort de cet homme, a précisé le procureur, alors qu'un collectif a réclamé "la vérité" sur le décès.

"J'ai conscience de la douleur de la famille" dont les interrogations sur les circonstances sont "légitimes" mais "certaines vérités devaient à mon sens être dites", a expliqué Xavier Sicot à l'AFP.

L'homme est décédé le 3 décembre au CHU de Pointe-à-Pitre, deux semaines après un contrôle routier. Deux gendarmes avaient contrôlé Claude Jean-Pierre pour "une conduite hésitante", le 21 novembre à Deshaies dans l'ouest de l'île, selon la même source. L'homme "alcoolisé" était sorti du véhicule "en résistant" et s'était retrouvé "au sol, inerte". Une ambulance avait alors été appelée pour le prendre en charge.

"Aucun coup volontaire des gendarmes observé"

La vidéo surveillance de l'interpellation, survenue près de la mairie, montre, "une extraction violente" selon Maître Mariza Bernier, porte-parole du collectif défendant les intérêts de la famille du défunt, qui s'est exprimée dans les médias locaux. Or, "sur cette vidéo on n'a aucun coup volontaire des gendarmes observé" nuance Xavier Sicot.

Les causes du décès, survenu deux semaines plus tard à l'hôpital, demeurent inconnues: "On a effectivement des investigations en cours, on a une autopsie pratiquée pour essayer de comprendre mais on a probablement besoin de compléter cette autopsie par d'autres éléments", a précisé le procureur.

Un magistrat instructeur a été désigné et "a sollicité dans le cadre d'une commission rogatoire les services de la Section de Recherche de Pointe-à-Pitre pour poursuivre ces investigations", explique encore Xavier Sicot. Les obsèques du défunt ont eu lieu le 12 janvier, plus d'un mois après son décès.

Article original publié sur BFMTV.com