Guadeloupe : Europe 1 est allée à la rencontre des insurgés

·1 min de lecture

Le préfet de Martinique a décidé jeudi d'instaurer un couvre-feu face aux violences urbaines nocturnes dans l'île, qui connait comme sa voisine la Guadeloupe un mouvement de protestation, né d'un refus de l'obligation vaccinale des soignants mais qui a dégénéré en crise sociale. Après une nouvelle nuit de tensions aux Antilles, notre envoyé spécial en Guadeloupe d'Europe 1 est allé à la rencontre des insurgés.

Avec ses deux mains, Loïc lève la poutre métallique qui fait office de barrière posée sur deux carcasses de voitures calcinées. Cet homme cagoulé laisse passer quelques véhicules au compte-goutte sur ce rond-point stratégique qui relie le nord et le sud de l'île. "Ça fait deux semaines que je ne travaille pas, que je ne peux pas aller au boulot", dit-il, avec colère, avant d'ajouter : "Je ne peux pas concevoir qu'il y ait d'autres personnes qui puissent aller travailler". Malgré, le paradoxe de son geste, il l'estime juste. "On se bat pour eux, c'est pour une bonne cause qu'on le fait, c'est pour tout le monde et ce n'est même pas pour nous mais pour nos enfants"

>> Retrouvez la matinale d'Europe 1 en podcast

Des négociations au point mort

C'est un point commun entre tous ces grévistes. Ils parlent tous spontanément de leurs enfants, comme Christelle, qui dort ici depuis quatre jours et qui exprime son désarroi au micro d'Europe 1. "Moi, ce qui me chagrine, c'est qu'en 2009, j'étais déjà là. On est en 2021. Mon fils de 20 ans se retrouve sur le même rond-point en ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles