Guadeloupe: des enquêtes ouvertes après des «actes de malveillance» sur des réseaux d'eau

Des enquêtes ont été ouvertes samedi 23 mars en Guadeloupe après des actes de malveillance qui ont privé d'eau quelque 130 000 usagers et perturbé des établissements de santé, ont indiqué dans un communiqué conjoint les procureurs de la République de l'archipel.

« Les brigades de gendarmerie territorialement compétentes ont été saisies des enquêtes judiciaires, ouvertes pour destructions aggravées et mise en danger de la vie d'autrui », ont annoncé les procureurs de Pointe-à-Pitre et Basse-Terre, sans préciser la nature des dégradations.

« Grace aux actions en cours, l'eau est en cours de rétablissement dans les communes de Terre-de-Haut, Terre-de-Bas, Capesterre-Belle-Eau, Trois-Rivières et Petit-Bourg », a par ailleurs précisé la préfecture de Guadeloupe samedi dans un nouveau point de situation. « Les communes des Abymes, Le Gosier et de Baie-Mahault sont toujours impactées par la coupure d'eau due à des dégradations », a-t-elle ajouté.

Douze communes subissent des coupures

Douze communes sur les 32 que compte cet archipel des Antilles françaises subissent des « coupures totales ou partielles depuis mardi soir », avait indiqué vendredi soir 22 mars la préfecture, conséquence de « dégradations commises sur le système de distribution d'eau potable ». Les travaux de réparation « dureront 10 à 12 jours » dans le pire des cas, a-t-elle précisé, ajoutant que « quatre-vingt-douze palettes d'eau ont été livrées et distribuées ».


Lire la suite sur RFI