Guadeloupe : Castex "condamne avec la plus extrême fermeté" les violences et "appelle au calme"

·1 min de lecture

Le Premier ministre s'est exprimé depuis Matignon à l'issue d'une réunion avec les élus guadeloupéens concernant les troubles agitant l'île depuis plusieurs jours.

Le Premier ministre a condamné "avec la plus extrême fermeté" les violences et appelé "au calme et à la responsabilité" depuis Matignon ce lundi. Jean Castex s'exprimait à l'issue d'une réunion avec Sébastien Lecornu, ministre des Outre-Mer, Olivier Véran, ministre de la Santé, et les élus guadeloupéens. Cet échange, réalisé par visio-conférence pour le Premier ministre cas contact au Covid-19, devait permettre d'aborder la question des émeutes qui agitent la Guadeloupe ces derniers jours. 

"C'est une petite minorité violente, qui dévalise les magasins, qui barre les routes, rançonne les automobilistes, qui empêche à des personnes malades d'accéder à des soins parfois vitaux qui et va même jusqu'à tirer sur les forces de l'ordre. Je condamne avec la plus extrême fermeté. Les auteurs sont et continueront d'être arrêtés et jugés (...) J'en appelle désormais au calme et à la responsabilité", a-t-il ajouté.

La création d'une "instance de dialogue"

"L'exigence de fermeté doit aussi s'accompagner d'un dialogue nécessaire pour entendre et comprendre nos concitoyens qui s'interrogent de bonne foi", a poursuivi le chef du gouvernement. Il a annoncé la création d'une "instance de dialogue" afin de "convaincre et d'accompagner individuellement, humainement" les professionnels concernés par l'obligation vaccinale, à l'issue d'une réunion avec les élus de l'île antillaise.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Tensions en Guadeloupe: "On assiste à un glissement de la crise sanitaire vers une crise politique, économique et sociale"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles