Guadeloupe: nouvelles restrictions tandis que l'épidémie repart

·4 min de lecture

De nouvelles mesures de restriction ont été annoncées mercredi en Guadeloupe, repassée en état d'urgence sanitaire face à l'explosion des cas liée au variant Omicron du coronavirus, désormais majoritaire, tandis que les tensions persistent autour de l'obligation vaccinale.

Le préfet a annoncé pour trois semaines un couvre-feu à partir de 22H, qui pourrait-être ramené à 20H s'il n'y a pas de recul des contaminations, ainsi que l'interdiction des pique-nique en bord de mer et des rassemblements de plus de 6 personnes sur la voie publique.

"Par ailleurs, a-t-il déclaré, les jauges mais aussi les mêmes règles" que dans l'Hexagone s'appliquent désormais.

La Guadeloupe, ainsi que la Guyane, Mayotte, Saint-Martin et Saint-Barthélémy, a été replacée en état d'urgence sanitaire, mercredi en Conseil des ministres.

Selon le bulletin épidémiologique actualisé mercredi soir (heure locale), 4.000 cas positifs ont été comptabilisés lundi et mardi, une reprise épidémique "exponentielle" selon la directrice générale de l'ARS de Guadeloupe, Valérie Denux, qui a précisé que "pour l'instant, cette augmentation du nombre de cas ne se traduit pas à l'hôpital".

Le variant Omicron est désormais majoritaire sur l'île, détecté dans 82% des prélèvements positifs. Le variant Delta représente 18%, selon la même source.

En Guadeloupe, la résistance à la vaccination est encore forte, d'après les chiffres de l'ARS: moins de 50% de la population de plus de 18 ans a reçu au moins une dose de vaccin. En revanche, les taux de vaccination chez les personnes astreintes à l'obligation vaccinale atteignent plus de 95%. Ainsi, "96% du personnel du CHU est conforme à l'obligation vaccinale", précise-t-on à l'hôpital.

- "Coup violent à la tête" -

Mardi en fin de matinée, les bureaux de la direction de l'hôpital de Guadeloupe avaient été assiégés par une cinquantaine de militants opposés à l'obligation vaccinale.

Le directeur du CHU de Guadeloupe Gérard Cotellon et ses deux adjoints ont dû être exfiltrés par la police, après avoir reçu "des coups, des injures et des jets d'urine", selon leur récit. "Mon adjoint et moi même avons été violemment agressés" et "pris à partie par une horde de manifestants très excités, très violents, en parole et en action", a ainsi raconté le directeur, qui affirme avoir reçu "un coup violent à la tête".

Quatre plaintes ont été déposées et une enquête a été ouverte, a indiqué mercredi à l'AFP le procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

La classe politique et les autorités locales ont unanimement condamné les violences de mardi. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a exprimé mercredi à l'issue du Conseil des ministres "toute (sa) solidarité" avec le directeur du CHU, qui a été "frappé, séquestré par des militants antivax". "C'est honteux, c'est révoltant, c'est scandaleux, et c'est inadmissible en République", a-t-il ajouté.

Devant l'Assemblée nationale dans la nuit de mercredi à jeudi, le ministre de la Santé Olivier Véran s'est emporté après des accusations sur la gestion de la crise sanitaire Outre-mer: "Nous nous battons pour sauver des vies" là bas, a-t-il dit, ajoutant qu'"un directeur s'est fait péter la figure dans son bureau".

La directrice générale de l'ARS Valérie Denux a, elle, fustigé dans un communiqué ces violences, indiquant que les "personnes qui ont agi ainsi ne peuvent plus se qualifier de professionnels de santé".

- "Aller jusqu'au bout" -

"Les auteurs doivent être identifiés, retrouvés et condamnés, tout comme leurs commanditaires", ont écrit les parlementaires de Guadeloupe dans un communiqué commun. "Comment peut-on, en République, tolérer ou du moins laisser commettre des violences à l'encontre de personnels dont la seule mission consiste à préserver et sauver des vies ?", se sont-ils indignés, refusant "la prise en otage du pays".

Depuis le 17 juillet, des militants contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire se mobilisent chaque week-end en Guadeloupe. La crise a atteint son paroxysme fin novembre quand le collectif d'organisations "en lutte" a appelé à une mobilisation générale qui s'est traduite par des barrages routiers et le blocage durant trois semaines de la circulation en de très nombreux points de l'île.

Le combat contre l'obligation vaccinale ne concerne plus désormais que certains manifestants "déterminés à aller jusqu'au bout", selon les leaders des différentes organisations, et qui maintiennent des meetings et des actions sporadiques.

Un collectif d'organisations, notamment syndicales et citoyennes, majoritairement opposées à l'obligation vaccinale pour le personnel soignant et les pompiers, avaient ainsi occupé l'hémicycle du Conseil régional de la Guadeloupe près de 24 heures fin décembre, après avoir fait intrusion en pleine session plénière.

asa/etr/al/dch/mlb/ybl

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles