Le groupe québécois Couche-Tard renonce à racheter Carrefour, selon Bloomberg

·1 min de lecture

Le canadien Couche-Tard a retiré sa proposition de rapprochement avec le géant Carrefour après le veto mis par le gouvernement français, a annoncé vendredi soir l'agence Bloomberg, citant des sources proches du dossier. Joints par l'AFP, ni Couche-Tard ni Carrefour n'ont confirmé l'information vendredi soir.

"On ne cède pas l'un des grands distributeurs français"

La décision de mettre fin aux négociations entre les deux groupes a été prise alors que le fondateur de Couche-Tard, Alain Bouchard, avait fait le déplacement à Paris pour offrir des assurances au gouvernement français, selon l'agence.

Le géant québécois du commerce alimentaire de proximité s'engageait notamment à investir des milliards d'euros dans Carrefour, à maintenir tous les emplois pendant deux ans, ainsi que la cotation du groupe en Bourse à Paris, en parallèle avec le Canada, précise Bloomberg.

Bien que les discussions soient maintenant rompues, elles pourraient reprendre si le gouvernement français changeait de position, selon les sources anonymes citées par Bloomberg.

"Ma position, c'est un non courtois, mais clair et définitif" : le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, a douché les espoirs des partisans du "rapprochement" envisagé par Couche-Tard et Carrefour, expliquant sur BFMTV et RMC qu'"on ne cède pas l'un des grands distributeurs français". "La sécurité alimentaire est stratégique pour notre pays" a-t-il encore affirmé.

Le gouvernement canadien réfute les arguments français

Bruno Le Maire a ...


Lire la suite sur Europe1