Le groupe Le Monde dans le vert en 2016

Le groupe Le Monde a réalisé des bénéfices en 2016 pour la 2e année consécutive et a nommé l'ex-président de Saint-Gobain Jean-Louis Beffa à la tête de son conseil de surveillance à la place de Pierre Bergé, disparu le 8 septembre

Paris (AFP) - Le groupe Le Monde a réalisé des bénéfices en 2016 pour la 2e année consécutive et a nommé l'ex-président de Saint-Gobain Jean-Louis Beffa à la tête de son conseil de surveillance à la place de Pierre Bergé, disparu le 8 septembre, a indiqué sa direction vendredi dans le quotidien du soir.

Jean-Louis Beffa, qui siégeait au conseil de surveillance depuis 1994, a été élu le 5 octobre sur proposition de Xavier Niel et Matthieu Pigasse, qui avaient racheté, avec Pierre Bergé, le groupe en 2010, indique le quotidien.

En 2016, le groupe a enregistré pour la deuxième année d'affilée un résultat d'exploitation consolidé positif, à hauteur de 6,9 millions d'euros, un chiffre supérieur aux prévisions, ainsi qu'un résultat net avant impôt de 100.000 euros.

L'année 2017 "devrait confirmer cette trajectoire avec une nouvelle progression du résultat", tirée notamment par "la croissance rapide des activités numériques et la bonne santé des magazines du groupe", a précisé la direction du groupe (Le Monde, Télérama, L'Obs, Rue89, Huffington Post, Courrier international, Le Monde diplomatique et La Vie).

Xavier Niel et Matthieu Pigasse ont repris à parité les parts que Pierre Bergé détenait dans Le Monde Libre, précise la direction. Les actionnaires majoritaires détiennent désormais 72,5% du capital du groupe.

Outre le duo Niel-Pigasse, Le Monde Libre compte comme actionnaire le groupe de presse espagnol Prisa. La holding LML détient également L'Obs.

Le reste du capital du Monde est essentiellement détenu par le "pôle d'indépendance" (qui regroupe les sociétés de journalistes, employés, fondateurs et lecteurs).

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages