Le groupe Michelin se lance dans la course au pneu vert

·1 min de lecture

Lorsque l'on parle de voiture électrique, il est souvent question de batterie, d'autonomie, de recharge, mais il y a un élément primordial que l'on évoque un peu moins bien : le pneu. On sait que le pneu du futur sera durable, connecté, intelligent, mais il devra également s'adapter à l'électrique. Le groupe Michelin fait partie des grands équipementiers automobiles qui y travaillent. Mais en quoi un pneu conçu pour une voiture électrique est-il différent de celui fabriqué pour les voitures thermiques ? 

Verdir les pneus : un défi à relever

Tout d'abord, il y a une différence majeure : le poids d'une voiture électrique. Avec les batteries, la voiture électrique pèse 10 à 20% de plus. Il a donc fallu imaginer de nouveaux matériaux plus résistants pour supporter la charge tout en permettant de gagner en autonomie, précise Éric Vinesse, directeur recherche et développement du groupe Michelin. "Notre dernière génération de pneumatiques permet de progresser sur l'autonomie d'un véhicule de 7 à 10 ou 15%", avance-t-il. "Donc, on est sur des progrès qui sont significatifs puisque si vous avez une batterie qui vous permet de faire 400 km/h, vous ferez 30 ou 40 km de plus grâce au pneumatique."

Des matériaux plus durables

Autre paramètre à prendre en compte le bruit. "On a développé des technologies très particulières qui sont une mousse qui se met à l'intérieur du pneu et qui permet de réduire le niveau de bruit à l'intérieur du véhicule. C'est encore plus présent, bien sûr, dans les ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles