Le groupe Match, maison mère de Tinder, attaque Google pour abus de position dominante

Igor Golovniov / SOPA Images/Sip/SIPA

MONOPOLE - Google pourrait retirer les applis de Match de Google Play si le groupe ne se conforme pas au règlement

Match Group, la maison mère des sites de rencontre Tinder et OkCupid, a intenté ce lundi un procès à Google, qu’il accuse d’abus de position dominante sur les téléphones, dernier épisode de la rébellion des éditeurs d’applications contre les géants des technologies.

« Google domine et contrôle quasi complètement le marché de la distribution des applications sur Android », le système d’exploitation mobile de l’écrasante majorité des smartphones dans le monde, explique Match Group dans son communiqué intitulé « End the Google Tax » (« Mettre fin à la taxe Google »). « Et il a abusé de son pouvoir au détriment des utilisateurs et des développeurs d’applications de différentes façons », continue le groupe spécialiste des applis de rencontres.

Un système de paiement alternatif supprimé

Match Group reproche à Google de profiter de sa position dominante sur les mobiles pour imposer des règles qu’il juge injustes, et qu’il ne peut pas contourner à moins de renoncer à la majorité de ses utilisateurs. L’entreprise a décidé de porter plainte à cause d’un changement récent du règlement : jusqu’à présent, certaines de ses applications proposaient un système de paiement alternatif à celui du Play Store (la plateforme de téléchargement des applis sur Android). Mais cette possibilité (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Après une amende record, Google cède et permet enfin de refuser tous les cookies
Google : Plus d’un million d’applications malveillantes bannies du Play Store
Piratage : Google va repérer les fuites de mot de passe et vous en proposer un nouveau

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles