Situation sociale tendue au groupe L'Équipe, qui supprime des emplois

Par Olivier Ubertalli
·1 min de lecture
L'ancien siège de L'Équipe.
L'ancien siège de L'Équipe.

La situation sociale est tendue au groupe L'Équipe, touché de plein fouet par la crise sanitaire, qui impacte ses recettes publicitaires et provoque la baisse des ventes au numéro. Ce mardi 3 novembre, une réunion extraordinaire du conseil social et économique (CSE) a été convoquée pour discuter d'un projet de suppression de postes et de relance présenté la semaine dernière par la direction et critiqué par l'intersyndicale (SNJ, SNJ-CGT, UFICT-CGT, SGLCE-CGT).

À la suite du refus par les syndicats, cet été, de signer un accord de performance collective, synonyme de baisse des salaires et du nombre de jours de RTT, la direction du groupe qui comprend le quotidien, le magazine, la chaîne de télévision, le site Internet, Vélo Magazine, France Football, Sport & Style, propriétés du groupe Amaury, a dévoilé jeudi un vaste plan de réduction de coûts associé à un plan de relance du quotidien. Dans un courrier interne aux salariés consulté par Le Point, le directeur général du groupe, Jean-Louis Pelé, a annoncé la suppression de 56 postes (48 postes de journalistes et 8 administratifs) dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), sur un total d'environ 360. Il promet néanmoins de créer 12 postes à la rédaction pour accélérer la croissance du parc d'abonnés numériques payants, ce qui représente donc une disparition de 36 postes de journalistes en CDI. C'est moins que la centaine de suppressions d'emplois que craignait l'intersyndicale avant l'été.

France [...] Lire la suite