Le groupe Bolloré veut se relancer dans les batteries pour voitures électriques

Le groupe Bolloré, ancien opérateur d'Autolib, des voitures en auto-partage mises à disposition des particuliers, se relance dans le secteur des batteries pour voitures électriques. Il veut devenir le leader mondial des batteries solides pour le marché automobile particulier, grâce à des batteries nouvelle génération, plus rentables à produire et meilleures pour l'environnement.

Si les voitures électriques sont majoritairement équipées de batterie lithium-ion, Vincent Bolloré mise sur ses batteries dites solides, qui marchent au lithium métal polymère (LMP) et qui, selon le groupe, sont plus performantes. Faciles à fabriquer, elles ne requièrent plus l'utilisation de cobalt ou de nickel, elles offrent une meilleure autonomie, résistent aux fortes températures et sont recyclables. Seule contrainte : pour fonctionner, elles doivent être maintenues à 60 degrés.

Si ces batteries qui équipent déjà des bus ne posent pas de problème, car ils roulent sans discontinuer et se rechargent le soir au dépôt, c'est plus compliqué pour les voitures des particuliers qui ne roulent que par intermittence.

Usines géantes

Pour conquérir le marché des véhicules de tourisme, Bolloré s'appuie sur son usine bretonne Blue Solutions, pionnière dans la batterie solide. Par ailleurs, le groupe annonce le recrutement de 70 ingénieurs et un partenariat avec la société canadienne Li-Metal, en pointe sur les batteries dernière génération.

► À lire aussi : Cession des activités logistiques de Bolloré en Afrique: «Il n’y a pas de rupture idéologique»


Lire la suite sur RFI