Grossesse : le Covid-19 engendre plus de complications chez les femmes enceintes

·2 min de lecture

Une vaste étude menée pendant la pandémie montre que les bébés de femmes enceintes atteintes de Covid-19 ont plus de risques de prématurité, d'être mort-nés et d'être victimes de décès précoces.

Les femmes enceintes font partie des personnes les plus vulnérables face au Covid-19. Des recherches ont déjà montré que celles qui ne sont pas vaccinées contractaient des de Covid-19. Une nouvelle étude souligne cette fois que le SARS-CoV-2 est également dangereux pour leur bébé. Des travaux réalisés par l'Université d'Edimbourg (Ecosse) et publiés dans la revue .

Cette vaste étude réalisée sur 11 mois montre à quel point le déroulé de la grossesse est un facteur crucial pour la survie du bébé. Plus la grossesse progresse et plus le danger est important. Les femmes enceintes qui se font contaminer en fin de grossesse auraient plus de risques de complications liées à l'accouchement que celles qui sont infectées par le coronavirus en début de grossesse ou celles qui ne se font pas contaminer du tout. Chez les femmes enceintes atteintes du Covid-19, 28 jours ou moins avant leur date d'accouchement, les naissances prématurées, les bébés mort-nés et les morts périnatales sont plus fréquentes.

Près de 4 fois plus de morts périnatales

17% des bébés nés dans les 28 jours après la contamination au Covid-19 par leur mère sont nés prématurément – ​​plus de trois semaines avant leur date de terme, alors que ce taux était de 8% dans la population générale. L'équipe a aussi analysé les données sur les décès périnataux, qui sont définis comme la mort d'un bébé dans l'utérus après 24 semaines de grossesse ou dans les 28 premiers jours après la naissance. Ils ont découvert que le taux de mortalité périnatale chez les bébés nés dans les 28 jours après l'infection de la mère était de 23 pour 1.000 naissances. En comparaison, il était de 6 pour 1.000 dans la population générale. Ajoutée à cela, la majorité des complications se sont produites chez des femmes non vaccinées.

Pour arriver à ces résultats, l'équipe a analysé les données de toutes les femmes enceintes en Ecosse de décembre 2020 à octobre 2021, ce qui regroupe en tout 87.000 femmes. A ce moment-là, le taux de vaccination au[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles