La plus grosse tortue ayant jamais vécu sur Terre avait des cornes sur sa carapace

Stupendemys géographiquesus est une tortue d'eau douce qui vivait il y a environ dix millions d'années. Elle est connue comme la plus grosse tortue sur Terre ayant jamais existé mais ses fossiles étant rares et souvent fortement endommagés, les paléontologues n'en savent pas vraiment beaucoup plus à son sujet. La description de nouveaux spécimens apportent un éclairage sur cet animal qui vivait dans le nord de l'Amérique du Sud.

Dimorphisme sexuel

Une équipe internationale de géologues rapporte dans la revue la découverte de nouvelles carapaces et d'os de la mâchoire inférieure de plusieurs nouveaux fossiles de Stupendemys, exhumés en Colombie et au Venezuela. Ils relatent aussi avoir découvert la plus grosse carapace pour cette espèce : elle mesure 2,40 mètres de long et l'animal qui la portait devait peser au moins 1.145 kg. C'est près de 100 fois plus que son plus proche parent actuel, la tortue amazonienne Peltocephalus dumerilianus. Avec ces nouveaux fossiles, les chercheurs ont pu effectuer des comparaisons avec les autres restes connus. Les premières découvertes liées à Stupendemys remontent à 1976.

Les examens ont montré que toutes les grosses carapaces retrouvées au nord de l'Amérique du Sud appartiennent à une seule et même espèce possédant deux morphotypes de carapaces bien distincts. Ils signent sans doute l'existence d'un fort dimorphisme sexuel avec des mâles qui étaient équipés d'excroissances aux extrémités avant de la partie supérieure de leur carapace. Ces sortes de cornes qui entouraient la tête servaient sans doute de protection lors des combats ou des parades nuptiales.

Le paléontologue Edwin Caden à côté du fossile de la tortue. Crédit : Rodolfo Sanchez

D'autres géants dans le coin 

Les auteurs suggèrent également que S. Geographicus a atteint cette taille imposante car cette tortue bénéficiait d'un habitat confortable, vaste et lacustre. Confortable mais aussi dangereux : certains des plus gros animaux terrestres, après l'ère des d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi