La grosse bourde de soldats américains sur les armes nucléaires cachées en Europe

·1 min de lecture

Être en charge de la surveillance des armes nucléaires cachées en Europe est un poste à l’enjeu non négligeable qu’occupent des soldats américains. Les protocoles de sécurité sont longs, détaillés, et les soldats doivent bien entendu les connaître sur le bout des doigts. Pour simplifier cet apprentissage, certains membres des forces armées américaines ont toutefois commis une grave erreur en utilisant des applications non sécurisées de révisions. Car ce faisant, les soldats américains ont rendu publique par inadvertance une multitude de protocoles de sécurité sensibles sur les armes nucléaires, comme le révèlent nos confrères de Bellingcat le 28 mai.

La présence d’armes nucléaires américaines en Europe est connue, et même détaillée par divers documents, photographies et déclarations de fonctionnaires retraités. Mais leurs emplacements spécifiques demeurent officiellement secrets, et les gouvernements n’ont jamais confirmé ni nié leur présence. Cette ambiguïté a d’ailleurs souvent entravé un débat ouvert et démocratique sur les tenants et les aboutissants de l’hébergement d’armes nucléaires, souligne Bellingcat.

Les cartes de révisions des soldats chargés de garder ces appareils sensibles n’ont pas seulement révélé les lieux où se situent les bases nucléaires. Leur erreur a également identifié les abris exacts ou se trouvent des coffres "chauds" qui contiennent probablement des armes nucléaires. Les soldats ont aussi donné, par inadvertance, des informations sur les protocoles de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : l'exécutif va "avancer" sur la vaccination des adolescents et la campagne estivale
L’Italie face à un "immense" défi pour redresser son économie, un avenir bâti sur des aides "impensable"
La manipulation discrète de Google pour empêcher les utilisateurs d’Android d’avoir la main sur leurs données
Face au vieillissement de la population, la Chine autorise les couples à avoir trois enfants
WhatsApp rétropédale encore sur ses nouvelles règles de confidentialité