Grosjean ne regrette pas sa défense rugueuse de Silverstone

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

À Silverstone, encore une fois, , lui, est resté en piste et a poursuivi son relais en mediums sur pas moins de 36 tours.

Lando Norris, McLaren MCL35, se bat avec Romain Grosjean, Haas VF-20

Lando Norris, McLaren MCL35, se bat avec Romain Grosjean, Haas VF-20<span class="copyright">Mark Sutton / Motorsport Images</span>
Lando Norris, McLaren MCL35, se bat avec Romain Grosjean, Haas VF-20Mark Sutton / Motorsport Images

Mark Sutton / Motorsport Images

"Je pense que dans les deux cas [face à Sainz et à Ricciardo, ndlr] j'ai bougé un peu tard, mais j'ai toujours laissé la largeur d'une voiture. Ils veulent clarifier le fait que l'on ne peut pas changer de trajectoire si tard, ce avec quoi je suis d'accord, mais il n'y avait pas de véritable règle auparavant et l'a beaucoup fait en course, alors je me suis dit : pourquoi pas ? Pourquoi ne pourrais-je pas en profiter ? Car ce n'est pas tous les jours que nous sommes sixième ou septième en course, et j'ai dû tout donner pour défendre."

Directeur de course de la Formule 1, Michael Masi a l'intention d'aborder le sujet avec les pilotes le week-end prochain, à l'occasion du Grand Prix du 70e Anniversaire : "Lors de longues discussions avec les pilotes au fil de l'année dernière, la majorité d'entre eux voulaient prendre des mesures contre les changements de trajectoire des voitures au freinage. Les commissaires ont donné à Romain cet avertissement en accord avec le Code Sportif International. De plus, nous nous sommes mis d'accord pour en discuter au prochain briefing des pilotes, ce qui sera une première étape."

Grosjean trouverait justement positif que la situation soit clarifiée, mais espère en même temps que la tendance récente à laisser les pilotes se battre sans forcément pénaliser le moindre petit incident ou contact, connue sous le slogan "let them race" (laissons-les se battre), va perdurer. "Avoir une petite clarification à ce sujet serait bien, mais nous ne voulons pas non plus écarter 'let them race' de la Formule 1 : nous voulons nous battre et attaquer fort", conclut le pilote .

Propos recueillis par Oleg Karpov