Les gros festivals musicaux de l'été coupent le son

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Plusieurs festivals estivaux de musique, tels que Le Main Square d'Arras, Art Rock de Saint-Brieuc, et Lollapalooza à Paris, ont renoncé à se produire en 2021, en raison de la crise sanitaire et des protocoles sanitaires imposés, mais aussi du retard pris dans l''organisation de concerts-test. Ces évènements, qui n'avaient déjà pas pu se tenir en 2020, rejoignent la cohorte des festivals XXL qui ont déjà renoncé, tels Solidays (228.000 personnes en 2019), Hellfest (180.000 spectateurs en 2019) ou encore Garorock (162.000 spectateurs en 2019).

Rendez-vous en 2022

"C'est triste, la liste s'allonge et ce n'est pas fini", commente pour l'AFP Malika Seguineau, du Prodiss (Syndicat national des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacle dans le privé). "Les grosses tournées estivales dépendent en grande partie de la tenue des festivals : on finit par se dire que 2021 pourrait être pire que 2020... C'est terrible", confie la responsable.

Le cadre fixé par le gouvernement pour l'organisation de festivals cet été - 5.000 personnes maximum, assises et distanciées - ne convient pas à la plupart des grands rendez-vous de musiques actuelles. Le Main Square (115.000 personnes en 2019 à Arras) indique ainsi mercredi que ces conditions "ne correspondent" pas à l'esprit du festival et aux attentes de son public: "Pouvons-nous réellement nous priver de la convivialité, de l'échange, de la frénésie et du partage qui font tout le sel de l'événement ?". Les organisateurs ont (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi