Les gros consommateurs de viandes adhèrent plus aux stéréotypes sexistes, selon une étude

© AZemdega / iStock

Les hommes « viandards » voteraient aussi majoritairement à droite.

Sexisme et consommation de viande serait intimement liés. C’est en tout cas ce que démontre une étude Ifop pour Darwin Nutrition, réalisée auprès d’un échantillon de 2 033 hommes, représentatif de la population masculine française âgée de 18 ans et plus et mis en ligne jeudi. Les hommes sont, globalement, des plus grands amateurs de viandes que les femmes. Ils en consomment presque 43 grammes par jour, contre seulement 28 grammes pour les femmes. Et ils retirent de cette consommation une forme de fierté : 56% des hommes s’auto-qualifient de « viandard », toujours selon l’étude.

Lire aussi >> « Manger de la viande c’est revendiquer un certain virilisme » : comment le genre dicte ce que l’on mange

Ces hommes « très viandards » se disent pour la plupart « très à droite » (33%) ou « à droite » (21%). « Pour les hommes influencés par des discours identitaires valorisant ce symbole par excellence de force et de puissance, revendiquer son goût pour la viande peut être interprété comme une forme de rejet d’un “politiquement correct alimentaire” qui, à leurs yeux, remet en cause à la fois la  “tradition viandarde” de leur territoire et la “virilité” des hommes attachés à un patrimoine culinaire très carné », analyse François Kraus, directeur du pôle « Genre, sexualités et santé sexuelle » de l’Ifop.

Un système de pensée « profondément misogyne »

Outre les idées politiques, les consommateurs...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi