Le Groenland a passé un point de non retour : quoi qu'il arrive, les océans s'élèveront d'au moins 27 cm d'ici 2100 !

C'est le résultat de deux décennies d'observations et de mesures satellites. Une étude publiée dans la revue Nature climate change annonce une élévation du niveau des mers d'au moins 27 centimètres d'ici 2100. Ceci à cause de la fonte de la calotte glaciaire du Groenland que l'on savait déjà importante depuis les années 2000. Pour obtenir une telle valeur, des chercheurs du Geological Survey of Denmark and Greenland se sont basés sur une analyse du climat de l'Arctique entre 2000 et 2019, et sur le déséquilibre qu'il a créé sur la calotte glaciaire du Groenland entre 2000 et 2019. Ils ont ensuite utilisé les données acquises pour calculer la fonte des glaces à venir.

Le résultat est effrayant. Quoiqu'il se passe au niveau du climat, au moins 110 quadrillons (1024) de tonnes de glace vont fondre d'ici 2100, ce qui correspond à une élévation de la mer causée par la fonte des glaces au Groenland de 27 centimètres. Au minimum… donc probablement bien plus. « En fait, il s'agit d'une estimation basse, explique Jason Box dans un communiqué, premier auteur de l'étude et professeur du Service géologique national du Danemark et du Groenland (GEUS). C'est un minimum très conservateur. De manière réaliste, nous verrons ce chiffre plus que doubler au cours de ce siècle ».

Ce n'est qu'un minimum

Au Groenland, la glace fond plus qu'elle ne se renouvelle : on le sait depuis les années 1980, mais évaluer quelle quantité de glace risque encore de fondre est plus compliqué. C'est la première fois que la méthode des chercheurs est utilisée : ils ne se basent pas sur des modèles climatiques, mais sur un calcul des « changements surfaciques et volumétriques engagés encourus par le déséquilibre géométrique actuel de la glace avec le climat », explique l'étude.

Plus exactement, les chercheurs calculent « l'étendue de la glace et les perturbations d'épaisseur nécessaires pour amener la calotte glaciaire actuelle en équilibre avec le bilan de masse de surface », lui-même évalué grâce à des...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura