Groenland : la calotte glaciaire aurait déjà entièrement fondu par le passé

·2 min de lecture

Oubliées pendant des décennies et récemment redécouvertes, des carottes de glace récupérées durant la guerre froide sous une ancienne base secrète américaine livrent des informations capitales sur l’histoire du Groenland. Elles montrent que la calotte glaciaire a déjà totalement disparu au moins une fois lors du dernier million d'années et répond de manière drastique aux perturbations climatiques.

Des restes de racines, d’écorces, de feuilles, de mousses et de pollens, le tout datant de plusieurs centaines de milliers d’années et dans un remarquable état de conservation… Telle est la stupéfiante que des chercheurs européens et américains viennent de réaliser en analysant des échantillons prélevés sous les glaces du Groenland, à près de 1.500 mètres de profondeur. Oubliés pendant des dizaines d’années et récemment exhumés par des scientifiques de l’université de Copenhague, au Danemark, ils indiquent que "la quasi-totalité du Groenland était déglacé il y a un million d’années et que la calotte a fondu partiellement il y a sans doute 400.000 ans", annonce Pierre-Henri Blard, du Centre de recherches pétrographiques et géochimiques de Nancy qui a joué un rôle charnière dans cette découverte. Une végétation de type toundra (avec des buissons et des mousses) ou taïga (fait de tourbières et différentes essences d’arbres) a pu alors se développer avant d’être enfouie sous plus d’un kilomètre de glace. "Outre l’existence d’une ancienne forêt boréale, ces échantillons révèlent des informations inédites sur la stabilité du Groenland et son comportement face aux changements climatiques", avertit le géologue.

Quelques uns des fossiles de plantes découverts dans les sédiments de Camp Century. Crédits : PLAS/Christ at al.

Une ville sous la glace

Fruit d’une histoire extraordinaire, ces matériaux ont été collectés par le Corps des ingénieurs de l’armée américaine, en pleine guerre froide, sous une base secrète dénommée "Camp Century". Elle avait été créée en 1959 dans une période de vives tensions entre les Etats-Unis et l’URSS. Alors que les Soviétiques viennent de lancer le tout premier satellite artificiel (Spoutnik-1) et que les Américains vivent dans la peur d’être frappés par des missiles n’importe où depuis l’espace, ces derniers veulent bénéficier d’un poste avancé mettant l’URSS à portée de tir. Construit au nord ouest du Groenland à environ 1.000 km du pôle Nord[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi