Villani successeur de Griveaux à Paris? Pourquoi c'était impossible

Villani successeur de Griveaux à Paris? Pourquoi c'était impossible (Photo: @AFP)

POLITIQUE - Il devait connaître la capitale, vouloir être maire de Paris, et être capable de reprendre une campagne dans une situation de crise. Selon le portrait-robot dressé par la porte-parole de la candidature LREM à Paris, Cédric Villani pouvait être le successeur parfait à Benjamin Griveaux, retiré de l’élection municipale après la parution de vidéos intimes à caractère sexuel

Avant la désignation d’Agnès Buzyn comme tête de liste, le mathématicien, candidat dissident depuis son refus de se ranger derrière l’ancien porte-parole du gouvernement, apparaissait effectivement comme le recours idéal.

Le député de l’Essonne avait même rencontré le patron de La République en Marche! Stanislas Guerini samedi 15 février, alors que les pontes parisiens du parti présidentiel se réunissaient pour trouver leur nouvelle tête de liste. De quoi alimenter les fantasmes -éphémères- chez certains élus qui auraient bien vu l’investiture échoir au candidat iconoclaste.

Équation aux données complexes

“La place de Cédric Villani dans cette campagne était évidemment un sujet” de ce week-end de tractations confirme au HuffPost un participant aux réunions. 

Mais les choses étaient plus complexes que cela et les raisons de l’impossibilité de voir Cédric Villani prendre la tête d’une liste commune bien nombreuses. 

D’un point de vue technique et calendaire, déjà. Outre la date limite du dépôt officiel de candidature le 27 février, les deux équipes de campagne auraient dû modifier tous leurs tracts, leurs affiches et autres professions de foi avant le 2 mars et l’ouverture de la campagne officielle. Un timing forcément tendu. Avec la candidature de Buzyn, une seule équipe doit procéder aux changements et ils ne concernent pas toutes les mairies d’arrondissement. À cela s’ajoutait la difficulté de fusionner deux comptes de campagne quand les équipes ne connaissent pas les dépenses de l’autre camp.

Au-delà de ces difficultés d’intendance, le rassemblement idéologique des deux listes s’est avéré impossible avant le premier tour. Pour cela, il aurait fallu “tenir compte des idées, des convictions et des ambitions très fortes de Cédric Villani” mais également prendre en considération le “programme et le travail militant des équipes de Benjamin Griveaux”, selon les mots du patron des députés LaREM à l’Assemblée nationale Gilles le Gendre au Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI ce dimanche.

Préparer le deuxième tour?

Une équation complexe que résume ainsi un fin connaisseur de cette élection municipale parisienne: “je ne comprends même pas que cette idée ait pu exister.” “Une fusion avant le premier tour reviendrait à faire une manœuvre d’appareil. On demanderait à Villani de reprendre le programme de Griveaux alors que les projets sont différents, que les équipes bossent depuis des mois...”, souffle-t-il comme pour montrer l’aberration d’une telle idée de fusion.

Difficile également d’imaginer, investir sous l’étiquette LREM un candidat qui a tenu tête à Emmanuel Macron, refusant de rejoindre la candidature de Benjamin Griveaux.

Alors certains se prennent à imaginer une fusion des listes un peu plus tardive... “Les discussions concernant Cédric Villani ont surtout servi à échanger sur comment maintenir les ponts entre nos deux candidatures pour préparer le deuxième tour”, nous explique un élu LREM qui participait aux tractations.

Même son de cloche du côté du président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand qui plaide, ce dimanche 16 février, pour un rassemblement large entre les équipes Griveaux et Villani. Reste désormais à savoir qui sera en mesure de se maintenir au deuxième tour de l’élection.

À voir également sur Le HuffPost: “Griveaux est un con”, Serge July résume l’affaire à sa façon

LIRE AUSSI:

Aux municipales 2020, où se présentent les députés déclarés candidats

Griveaux : réseaux sociaux et anonymat, les coupables idéaux épinglés par la Macronie

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.