Griveaux prend la fuite, rattrapé par une polémique embarrassante

Nabil Touati
griveaux

POLITIQUE - Premiers couacs dès le premier meeting. Le “rassemblement de campagne” autour de Benjamin Griveaux, organisé jeudi 18 juillet, n’a pas tenu toutes ses promesses. Loin s’en faut. 

La révélation des propos virulents tenus en privé par le candidat parisien LREM aux municipales contre ses rivaux a laissé des traces, ces derniers ayant tous boycotté la réunion de famille. Faute d’un véritable “rassemblement” et plombé par une polémique embarrassante, le candidat Griveaux a carrément pris la fuite au moment de répondre aux journalistes, laissant ses soutiens affronter le feu des questions, comme le montre notre montage vidéo

Mais si Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes, et Olivia Grégoire, députée LREM de Paris, ont accepté de réagir publiquement, Sibeth Ndiaye, elle, a sorti son joker. “De quelle polémique parlez-vous?”, a d’abord fait semblant de s’étonner la porte-parole du gouvernement avant de dire pourquoi... elle n’en dirait rien. “Je me refuse à commenter des conversations volées qui n’étaient ni adressées à un journaliste, ni prononcées de manière publique”, a-t-elle expliqué.

Et alors que le meeting battait son plein, l’ancien maire PS de Paris, Bertrand Delanoë est sorti de sa réserve sur Twitter en désavouant sèchement Benjamin Grivaux qui se serait vanté du soutien de son prédécesseur, selon des propos rapportés par Le Point. “Dans les propos attribués à Benjamin Griveaux, il est indiqué que je serais d’accord avec lui. C’est inexact. Et je rappelle que nul n’est autorisé à parler en mon nom”, a écrit Bertrand Delanoë.

À l’avenir, la campagne parisienne du parti présidentiel aura pourtant du mal à se contenter d’échappatoires. Car les excuses de Benjamin Griveaux, adressées à ses camarades en raison notamment d’insultes proférées à leur endroit dans un cercle privé, ne dissimuleront pas longtemps l’aveu de l’intervention directe d’Emmanuel Macron dans la campagne parisienne via la nomination au gouvernement de Franck...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post