Grippe aviaire : le restaurant de la Tour d’Argent à Paris privé de canards

© WikiCommons

Samedi soir, la Tour d’Argent ferme ses portes. Rafraîchissement du décor, aménagement d’un toit-terrasse, agrandissement de la cuisine, remplacement des baies vitrées… Réouverture en mars 2023. Presque une aubaine car cela fait un mois que la maison Burgaud, de Challans, en Vendée, qui fournit depuis soixante-dix ans les fameux canards de l’établissement, est à l’arrêt. Comme 530 autres (sur 1 300 dans le département), son élevage a été décimé par la grippe aviaire.

Lire aussi - Grippe aviaire : après l’abattage de 15 millions de volailles, la filière française réfléchit à se réorganiser

Créé en 1890, le caneton Tour d’Argent, devenu une référence mondiale, vient désormais de la Dombes, petit coin de l’Ain jusqu’ici épargné par la maladie. Mercredi soir, le restaurant du quai de la Tournelle servait un canard numéroté 1 177 266. « Notre réouverture devrait coïncider avec le retour des volailles de notre fournisseur historique », espérait Yannick Franques, le nouveau chef de cette institution parisienne.


Retrouvez cet article sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles