Grippe aviaire dans le Gers : « On espère une prise en charge totale », témoigne le sénateur Duffourg

·2 min de lecture
Une ferme d'élevage d'oies et de canards
Une ferme d'élevage d'oies et de canards

C’est l’autre virus dont tout le monde parle : l’influenza aviaire, qui avance dans le sud-ouest de la France, et qui inquiète les éleveurs de canards. Depuis décembre, plus de 600 000 palmipèdes et volailles ont été abattus préventivement, face à la progression de l’épizootie. Après avoir décimé des élevages dans les Landes, où plus de 120 foyers ont été détectés ces derniers jours, les craintes s’accentuent dans les départements limitrophes, et notamment dans le Gers, où le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a choisi de faire le déplacement ce lundi 11 janvier. Dans ce département, plus de six foyers avérés ont été identifiés. Julien Denormandie a réuni les représentants des filières, les fédérations professionnelles, les élus locaux et les parlementaires. Public Sénat a interviewé le sénateur Alain Duffourg (Union centriste), présent à la préfecture.

Quelle est la situation dans votre département ?

Alain Duffourg : Il s’avère que dans le Gers, il y a trois foyers d’épidémie aviaire, et également cinq de plus, en suspens. Cela veut dire que l’on est en train de procéder à l’abattage de 50 000 canards environ. On met en place des barrières de protection sur l’ouest du département. Les responsables agricoles ont fait falloir que la situation économique devenait de plus en plus dure. En 5 ans, il y a eu trois crises. La filière, avec les autorités administratives, sous la responsabilité du préfet, se mobilise pour arrêter cette épidémie et la limiter aux quelques cas que l’on connaît aujourd’hui. On pense qu’en agissant rapidement, la propagation pourrait être stoppée. Il y aura un abattage intensif des sujets à risque, la désinfection des locaux et une zone de protection de 5 kilomètres autour des foyers.

Quelles sont les annonces du ministre ?

Pour les abattoirs, deux vont être réquisitionnés. Ce qui intéressait au premier chef les éleveurs, c’ (...) Lire la suite sur Public Sénat

Variant du covid-19 à Marseille : « Il faut vacciner ! », clament les sénateurs

Covid-19 : l’état d’urgence sanitaire sera prolongé jusqu’en juin, annonce Jean Castex aux parlementaires

Surtaxes américaines sur les vins français : Franck Riester attend un geste de Joe Biden

Vaccination : Jean-François Copé dénonce « un raté dramatique »

Recrutement dans la police : « Le niveau est beaucoup plus faible »