Grippe aviaire : "Nous sommes face à un risque biologique extrêmement difficile à contrôler", estime le professeur Jean-Luc Guérin

franceinfo
·1 min de lecture

La grippe aviaire continue de gagner du terrain en France. Au 1er janvier, le pays comptait 61 foyers de grippe H5N8 dont 48 dans le département des Landes. Le Gers, département voisin, commence aussi à être touché. Au total, 600 000 canards doivent être abattus sur l’ensemble du territoire. Dans le même temps, la Chine a annoncé la suspension des importations de volailles en provenance de France. "Nous sommes face à un risque biologique extrêmement difficile à contrôler", estime le professeur Jean-Luc Guérin, de l’école vétérinaire de Toulouse, sur franceinfo mercredi 6 janvier.

franceinfo : Lorsqu’il y avait des abattages préventifs avant Noël, vous parliez "de course contre-la-montre" face au virus, elle a été perdue cette course ?

Jean-Luc Guérin : Nous sommes en difficulté clairement aujourd'hui, compte tenu de la fulgurance de la propagation de l'épizootie [épidémie qui touche les animaux] qui nous surprend et qui surprend aussi les experts. Depuis 2017, toute une série de mesures de biosécurité ont été mises en œuvre dans les élevages et dans les transports. Il est trop tôt, aujourd'hui pour comparer les propriétés du virus de cette année par rapport à 2017, mais en tout cas, on peut noter, l'extraordinaire contagiosité ce qui le rend extrêmement difficile à contrôler. Donc, il faut bien comprendre que nous (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi