Grippe aviaire : plus de 770.000 volailles abattues depuis l'été

Elles avaient à peine remis le bec dehors : les volailles de plein air doivent de nouveau être confinées partout en France face à la menace de la grippe aviaire qui a déjà entraîné l'abattage de plus de 770.000 animaux depuis l'été. Le niveau de risque lié à l'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP), communément appelée grippe aviaire, a été porté à "élevé" sur l'ensemble du territoire métropolitain par un arrêté publié jeudi au Journal officiel.

"Dans un contexte marqué par une persistance inédite du virus dans l'environnement et une forte activité migratoire d'oiseaux sauvages, il est essentiel de renforcer les mesures de prévention pour éviter la contamination des élevages de volailles", justifie le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.

Un confinement qui dure

Ce niveau de risque impose la "mise à l'abri de toutes les volailles", rappelle le ministère. Il précise que les éleveurs récalcitrants ne pourront pas prétendre pleinement aux indemnisations de l'État en cas d'abattage sanitaire. Les grandes régions de production de volailles - Bretagne, Pays de la Loire, ainsi que le département des Deux-Sèvres - devaient déjà claustrer depuis la mi-octobre, au grand dam du syndicat Confédération paysanne qui redoute "la mort de l'élevage plein air".

Les volailles n'auront finalement été autorisées à goûter au grand air que quelques mois cette année. "Confiner, on a bien vu que ça ne marche pas, ça ne protège pas du virus. C'est une mesurette qui sert à rien", a ...


Lire la suite sur Europe1