A Grigny, Castex envoie un signal aux quartiers frappés par la crise

·2 min de lecture

Lors d'une visite à Grigny, vendredi matin, le Premier ministre a annoncé des fonds supplémentaires pour la rénovation urbaine, l'éducation ou la sécurité.

Jean Castex a envoyé vendredi un signal aux quartiers prioritaires de la ville, inquiets des répercussions économiques et sociales de la crise sanitaire due au Covid-19, en annonçant comme prévu des fonds supplémentaires pour la rénovation urbaine, l'éducation ou la sécurité, lors d'une visite à Grigny (Essonne).

"Que personne ici n’en doute, le rôle de l’Etat, plus que jamais en période de crise, est d’être aux côtés de ceux qui souffrent, de ceux qui se sentent exclus, de ceux qui se sentent victimes d’inégalités de tous ordres. Nous venons leur apporter des réponses concrètes", a assuré le Premier ministre à l'issue d'un Comité interministériel de la ville.

A Grigny, 45% de la population vit sous le seuil de pauvreté

A Grigny, ville la plus pauvre de France selon l'Observatoire des inégalités, où 45% de la population vit sous le seuil de pauvreté, Jean Castex a annoncé une enveloppe supplémentaire de deux milliards d'euros pour l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), dont le budget, passé de 5 à 10 milliards d'euros durant le quinquennat, est ainsi porté à 12 milliards. "Un effort sans précédent", a souligné le Premier ministre, qui l'a illustré par une visite sur le site de Grigny 2, un ensemble de 5.000 logements réunis en une seule copropriété, où des travaux d'urgence et de réhabilitation au long cours sont nécessaires.

Guidé par le maire (PCF) Philippe Rio, Jean Castex s'est promené parmi les barres d'immeubles, après avoir effectué une visite surprise au petit matin dans un poste de police situé au coeur de ce "quartier de reconquête républicaine" (QRR). "On est dans un département marqué par la violence sous toutes ses formes", a souligné le directeur départemental de la Sécurité publique(...)


Lire la suite sur Paris Match