Grèves : risque-t-on une pénurie de sang dans les hôpitaux ?

Avec les grèves, les dons du sang diminuent à une période où ils doivent normalement augmenter.

C’est l’un des effets de la grève contre la réforme des retraites, qui paralyse une partie du pays depuis plus d’une semaine désormais : les stocks de sang sont en baisse.

Chaque année, avant la période des fêtes, l’Établissement français du sang fait le plein. Les collectes se multiplient afin de faire augmenter les stocks, puisque les dons diminuent forcément autour de Noël.

Problème : avec la grève contre la réforme des retraites, qui passe notamment par une diminution des transports en Ile-de-France et dans les grandes villes, les donneurs se déplacent moins. “Alors qu’on devrait augmenter nos stocks, on doit actuellement piocher dedans”, nous explique une porte-parole de l’Établissement français du sang.

Un week-end décisif

“Pour l’instant, on ne tire pas encore la sonnette d’alarme, mais il faut que les dons reprennent”, précise-t-elle. “Ce week-end sera décisif”.

Si, en période de fêtes, les besoins en sang ne sont pas forcément plus élevés, les hôpitaux doivent quand même composer avec une chute des dons. L’absence de la constitution des stocks, qui se fait normalement à cette période, risque de rendre la fin d’année “difficile”.

“Il faudra peut-être lancer une collecte d’urgence tout début janvier”, avance la porte-parole de l’EFS, mais pour l’instant “on n’a pas vraiment de visibilité sur la suite du mouvement”. Selon les syndicats, les grèves risquent de se poursuivre.

Ce contenu peut également vous intéresser :