Greta Thunberg attaque la France et quatre autres pays pour inaction climatique

Anthony Berthelier
Activist Greta Thunberg attends a press conference where 16 children from across the world, present their official human rights Complaint on the climate crisis to the United Nations Committee on the Rights of the Child at the Unicef Building on September 23, 2019 in New York City. (Photo by Kena Betancur / AFP) (Photo credit should read KENA BETANCUR/AFP/Getty Images)

CLIMAT - “Défiler tous les vendredis pour dire que la planète brûle, c’est sympathique, mais ce n’est pas le problème...” Visiblement, Greta Thunberg a écouté Emmanuel Macron et décidé de passer à la vitesse supérieure. Seize jeunes, dont la militante suédoise, ont annoncé ce lundi 23 septembre une nouvelle offensive, sur le terrain juridique cette fois, en dénonçant l’inaction des dirigeants comme une atteinte à la convention de l’ONU sur les droits de l’enfant.

Bien que les dirigeants du monde aient signé cette convention il y a 30 ans, par laquelle ils s’engagent à protéger la santé et les droits des enfants, “ils n’ont pas tenu leurs engagements”, a déclaré l’égérie suédoise du climat, en marge du sommet sur le climat de l’ONU lors duquel elle a à nouveau dénoncé l’inaction des dirigeants face à l’urgence climatique.

La quasi-totalité des pays -USA exceptés- ont ratifié cette convention censée protéger la santé et les droits des enfants, et pourtant, “chacun de nous a vu ses droits violés et reniés. Nos avenirs sont en train d’être détruits”, a ajouté Alexandria Villasenor, parfois surnommée la Greta Thunberg américaine.

Le comité des droits de l’enfant de l’ONU va enquêter

Pratiquement, cette plainte inédite déposée par 16 jeunes, âgés de 8 à 17 ans et venus de 12 pays, avec l’aide du cabinet international d’avocats Hausfeld et la bénédiction de l’Unicef, vise cinq pays pollueurs - France, Allemagne, Argentine, Brésil et Turquie. 

Elle s’inscrit dans le cadre d’un “protocole optionnel” méconnu de la convention: il autorise depuis 2014 des enfants à porter plainte devant le comité des droits de l’enfant de l’ONU, s’ils estiment que leurs droits sont bafoués.

Le comité est censé enquêter sur les violations présumées, puis faire des recommandations aux Etats visés pour y mettre fin.  Les recommandations ne sont pas contraignantes, mais les 44 pays ayant ratifié ce protocole s’engagent en principe à les respecter, a expliqué Michael Hausfeld, qui espère que des...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post