Grenoble: elles veulent "se réapproprier" des cafés trustés par les hommes

Une trentaine de Grenobloises refuse que, de fait, certains cafés soient désertés par les femmes. Elles se les sont "réappropriés" samedi matin.

Une trentaine de femmes ont discrètement investi samedi matin plusieurs cafés d'un quartier de Grenoble afin de "se réapproprier" cette poignée d'établissements aujourd'hui majoritairement fréquentés par des hommes. Âgées de 16 à 60 ans, elles sont arrivées, seules ou par petits groupes, et ont pris place dès 9 heures sur les terrasses de la place Saint-Bruno, accueillant l'un des plus importants marchés de la ville.

L'initiative est partie d'une simple invitation, échangée entre amies et qui, de boîte mail en boîte mail, a circulé dans le quartier.

"Ça fait des années que je fréquente la place Saint-Bruno et je constate que de moins en moins de nanas viennent boire des canons dans ses bars", déplore Anne, l'une des instigatrices de ce "putsch discret". "Aujourd'hui, on ne souhaite pas réaliser un coup de force ou provoquer, mais simplement être visibles".

"On se construit nos propres barrières"

Sylvie, une quinquagénaire poivre et sel habitant le quartier, déplore les "représentations" que les femmes se font des cafés de la place, "où l'on peut venir boire un coup sans problème en dépit des clichés". "On se construit en effet nos propres barrières. Il nous faut simplement oser", abonde Christine, 46 ans.

Si chacune s'est appropriée la démarche avec une perception différente, toutes ont balayé l'idée de pointer du doigt une communauté, une culture ou une religion.

Une...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages