Grenoble : quand l'université subventionne le "mois décolonial"

·1 min de lecture

Un " mois décolonial " suscite la controverse à Grenoble. D'abord annoncés comme partenaires, la ville, l'université et l'Institut d'études politiques (IEP) annoncent dans un communiqué ce 27 mai avoir demandé aux organisateurs " de retirer les marques de soutiens officiels de nos institutions. " Mais selon les organisateurs, l'université et l'IEP ont bien subventionné l'évènement.

Quelques semaines après la polémique sur les professeurs accusés d’islamophobie, voilà Grenoble qui s’invite à nouveau dans le débat sociétal. La controverse cette fois-ci : l’organisation d’un " mois décolonial " dont la ville, l’université de Grenoble Alpes (UGA) et Sciences Po Grenoble ont d’abord été présentés comme partenaires, notamment sur l'affiche de l'évènement. Avant que ces trois institutions demandent aux organisateurs de " retirer les marques de soutiens officiels ". Mais selon les organisateurs, l’université et Sciences Po Grenoble ont bien versé des subventions à une association pour organiser cet événement. L’université assure à Marianne avoir découvert la nature de la programmation dévoilée ces jours-ci après avoir versé le financement." Nous tenterons de déconstruire l'imaginaire post-colonial. " Voilà l’ambition du " mois décolonial " prévu du 2 au 15 juin à Grenoble. " Notre imaginaire est pétri des représentations construites durant l’époque coloniale " assure Nadia Kirat, conseillère départementale et membre de " Pour une Écologie Populaire et Sociale (PEPS)...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Agression raciste à Dole : le procès du retraité reporté au 22 juin prochain

Bob Dylan fête ses 80 ans : ses 5 chansons les plus marquantes

"Islamophobie" à l’IEP de Grenoble : le ministère siffle la fin de la récré

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion pour le meurtre d'Arthur Noyer

Conflit israelo-palestinien : au moins 20 morts, dont neuf enfants

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles