Greenpeace manifeste avec un char à voile devant le Parc des Princes pour interpeller le PSG sur le climat

Le « char à voile » est devenu l’allégorie du manque de sobriété du club parisien, après la polémique née du voyage des joueurs du club à Nantes en jet privé.

CLIMAT - Un char à voile pour Galtier. L’ONG Greenpeace a mené une action coup de poing ce mardi 6 septembre devant le Parc des Princes, peu avant la rencontre entre le PSG et la Juventus pour l’ouverture de la Ligue des champions. « Climat, plus le temps de rire ! », scandaient les militants pour le climat, en réaction à la polémique qui enfle depuis hier sur les trajets en jet privés des joueurs du PSG.

« On espère que la blague est finie. On a été choqués par les discours du club », explique Sarah Fayolle, militante de l’association, dans une vidéo mise en ligne par Greenpeace.

Lundi soir, l’entraîneur du PSG Christophe Galtier a ironisé en réponse à la question d’un journaliste sur le choix d’avions privés — et non du TGV — pour les déplacements de l’équipe. « Ce matin, on a discuté avec la société avec laquelle on fait nos déplacements pour savoir si on ne pouvait pas se déplacer en char à voile », avait-il lancé tout sourire. La question a provoqué l’incrédulité, puis le rire de l’attaquant star Kylian Mbappé, assis aux côtés de Galtier.

Une boutade qui ne passe pas

Le directeur général de Greenpeace France s’était dit « affligé » après la « plaisanterie ». Une boutade difficilement audible en temps de crise climatique et d’appels à la sobriété énergétique, avait réagi Jean-François Julliard en réponse au Parisien.

Après les discours, l’ONG est passée à l’action ce soir. « Fallait pas nous le dire 2 fois ! On a amené un char à voile au PSG pour leurs prochains déplacements parce qu’il n’y a pas de raison que certains fassent moins d’effort de sobriété que les autres », écrit Greenpeace sur Twitter.

Plus tôt, ce mardi, c’est le gouvernement qui avait mis la pression sur le PSG. Le club « est un peu en retard » sur les enjeux climatiques, avait taclé Agnès Pannier-Runacher. La cheffe du gouvernement Élisabeth Borne en a rajouté une couche quelques heures plus tard, appelant les footballeurs de Ligue 1 à « prendre pleinement conscience » de la crise climatique.

VIDÉO - "Chars à voile", fous rires, regards étonnés... Kylian Mbappé et Christophe Galtier ulcèrent les internautes

undefined