La grasse matinée est-elle mauvaise pour votre santé ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La grasse matinée pourrait être mauvaise pour la santé - Getty Images/iStockphoto (Getty Images/iStockphoto)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Selon une étude menée par une équipe de l’université d’Arizona, aux États-Unis, faire la grasse matinée n’aurait rien de reposant. Pire encore, cette pratique pourrait encourager les risques de développer une maladie cardiaque.

Mauvaise nouvelle pour celles et ceux qui aiment traîner au lit durant toutes les vacances. En effet, comme le rapporte le site pourquoidocteur.fr, une nouvelle étude a permis d’établir un lien entre la pratique de la grasse matinée et le développement de maladies cardiaques. Les mêmes recherches révèlent que dormir tard le matin ne serait de toute façon pas plus reposant que de se lever à la même heure que d’habitude.

Publiée dans la revue Sleep et menée dans le cadre de la cohorte “SHADES”, financée par les National Institutes of Health dans le but de mieux comprendre les liens entre le sommeil, la santé, le comportement et l'environnement, cette étude porte sur 984 adultes âgés de 22 à 60 ans. Ce document révèle tout d’abord que, contrairement à la croyance populaire, la grasse matinée ne repose pas. En effet, toutes ces heures de matinée à rester sous la couette provoqueraient en fait un “jetlag social”. Soit une sorte de décalage horaire du quotidien, entre notre heure de lever normal et celle du week-end ou des vacances.

Un risque accru de maladie cardiaque

Mais les résultats de cette étude ne s’arrêtent pas là et la suite n’a rien de réjouissant. Et pour cause, chaque heure de grasse matinée serait associée à une augmentation de 11% des risques de développer une pathologie cardiaque. Un ensemble de constats qui soutient qu’en plus du temps de sommeil, la régularité de ce temps serait également importante pour la santé. Ce que confirment les propos de Sierra B. Forbush, auteure principale de ces travaux : “Il est particulièrement surprenant que ces effets soient indépendants de la quantité de sommeil et des symptômes d'insomnie. Ces résultats indiquent que la régularité du sommeil, au-delà de la seule durée du sommeil, joue un rôle important dans notre santé".

Ce contenu pourrait également vous intéresser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles