Grasse : deux visiteurs oubliés « s'évadent » de la prison

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Les parents n'avaient plus ni téléphones ni cartes d'identité (illustration).
Les parents n'avaient plus ni téléphones ni cartes d'identité (illustration).

D'ordinaire, quand il s'agit d'une évasion, des criminels sont impliqués. Pourtant, cette fois-ci, l'histoire concerne les parents d'un détenu, « oubliés » dans le parloir de la maison d'arrêt de Grasse, raconte Nice-Matin. Mercredi 16 décembre, ce couple de quinquagénaires se rend à la maison d'arrêt afin de rendre visite à son fils.

La procédure est stricte : les agents gardent leurs téléphones ainsi que leurs cartes d'identité avant qu'ils n'entrent au parloir. Ils sont ensuite autorisés à entrer dans un petit box de 6 mètres carrés équipé d'une table et de chaises. Le couple de quinquagénaires parle ensuite à son fils durant quarante-cinq minutes, de 15 h 30 à 16 h 15.

Une demi-heure de panique

Les détenus sont ensuite raccompagnés un à un en cellule et les visiteurs, à l'extérieur. Mais le couple reste enfermé. « Nous avons appelé, crié, tapé contre la porte en vain. Nous avons été pris de panique », explique la mère de famille. Comme personne ne venait malgré leurs appels, « mon mari a tenté de casser la vitre à coups de pied. Elle a fini par se casser. J'étais tellement paniquée que je ne me suis pas rendu compte que je me blessais à la main sur les bouts de verre qui restaient. J'ai cru mourir dans cette pièce ».

Leur péripétie aura duré une demi-heure, « un temps qui [leur] a paru bien plus long », soulignent-ils. « J'en tremble encore. Et je suis en colère », explique la quinquagénaire. Après son évasion du box, le couple se retrouve dans un couloir [...] Lire la suite