"Grandissez un peu": le député LFI "en grève" contre le 49.3 rabroué à l'Assemblée

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet a rappelé à l'ordre le député insoumis Rodrigo Arenas, qui portait un brassard "en grève" dans l'hémicycle ce jeudi.

Pour protester contre le nouveau 49.3 déclenché par le gouvernement, le député LFI Rodrigo Arenas s'est présenté dans l'hémicycle ce jeudi avec un brassard "en grève", avant de se faire rabrouer par la présidente de l'Assemblée Yaël Braun-Pivet, et de l'ôter. Il avait revendiqué dans la matinée être en grève.

Un geste "qui contrevient au règlement intérieur"

Comme annoncé, il s'est installé dans l'hémicycle avec un brassard blanc "en grève". Ainsi vêtu, il a suivi le début de la séance de questions au gouvernement sans encombre avant d'être rappelé à l'ordre par la titulaire du perchoir au bout d'une vingtaine de minutes.

"Je voudrais demander au député Arenas de bien vouloir retirer le brassard qu’il porte sur son bras gauche, qui contrevient au règlement intérieur de notre Assemblée", a lancé Yaël Braun-Pivet (Renaissance).

La présidente de l'Assemblée nationale a cité l'article 9 de l'Instruction générale du Bureau, qui précise que "la tenue vestimentaire adoptée par les députés dans l’hémicycle doit rester neutre et s’apparenter à une tenue de ville. Elle ne saurait être le prétexte à la manifestation de l’expression d’une quelconque opinion".

Une "lettre particulièrement puérile"

Elle a ensuite reproché à Rodrigo Arenas de lui avoir adressé une "lettre particulièrement puérile".

Cette lettre est un dépôt d'avis de grève "pour la période du jeudi 3 au mardi 8 novembre 2022", en raison du nouveau recours à l'article 49.3, mais aussi de "l’attitude maltraitante du gouvernement vis-à-vis des députés et de la représentation nationale dans son ensemble" et du "rejet quasi systématique des amendements de l’opposition".

"Nous exerçons un mandat que nous confient les citoyens, nous ne sommes pas dans une situation de subordination envers quiconque donc vous n’avez pas à vous mettre en grève", lui a répondu Yaël Braun-Pivet dans l'hémicycle, en lançant au député de Paris: "Grandissez un peu".

Rodrigo Arenas a ensuite enlevé son brassard en protestant.

"Nous faisons tous semblant ici d'avoir un débat"

Mercredi, après l'annonce du 49.3 par Elisabeth Borne, il avait déjà quitté la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée pour protester, lors de l'audition de la ministre de l'Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau.

La Première ministre a déclenché une quatrième fois mercredi l'article 49 alinéa 3 de la Constitution pour faire passer l'ensemble du projet de budget 2023 sans vote en première lecture à l'Assemblée, où les macronistes sont privés de majorité absolue. Le 49.3 a aussitôt interrompu les débats.

En réaction, le groupe LFI a annoncé le dépôt d'une motion de censure contre le gouvernement.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Élisabeth Borne: "Le 49.3 permet de conclure un débat, jamais de l'interdire"