Grande université de Lyon: les Stéphanois expriment leur inquiétude

F.B.
Un cours à l'université (illustration). - JEFF PACHOUD

Les autorités stéphanoises ont fait part ce jeudi de leurs interrogations sur la gouvernance de la future université de rang mondial rassemblant les établissements d'enseignement supérieur de Lyon et Saint-Etienne, qui voit ainsi son horizon s'obscurcir encore un peu plus.

Le maire de Saint-Etienne et président de sa métropole, Gaël Perdriau (LR), a annoncé qu'il conditionnait son soutien à la création de l'Idex Lyon à une gouvernance qui assurerait l'autonomie de l'université locale. L'élu estime également que "le nom de Saint-Etienne doit clairement apparaître dans l'appellation de la future entité". Et pour lui, "ce projet doit être en capacité de fédérer un plus grand nombre d'acteurs lyonnais et stéphanois de l'enseignement supérieur".

Outre l'Université Jean-Monnet de Saint-Etienne, qui a fêté l'an dernier le cinquantième anniversaire de sa création, ce projet ne regroupe plus désormais que les universités Lyon 1, Lyon 3 et l'ENS Lyon, souligne-t-il.

"Saint-Etienne doit conserver sa personnalité morale"

En route, le projet a perdu plusieurs membres pressentis, dont Lyon 2 et l'INSA de Lyon, notamment pour des questions autour de la gouvernance du futur géant accueillant 140.000 étudiants.

"Un rapprochement n'est pas seulement une fusion et l'Université de Saint-Etienne doit conserver sa personnalité morale et son autonomie", écrit M. Perdriau, bien placé pour rempiler à la tête de la ville et de la métropole forezienne.

En décembre, il avait obtenu le report du conseil d'administration de l'UJM au cours duquel auraient dû être adoptés ses nouveaux statuts.

Des réticences

"J'ai sollicité le 3 juin dernier un rendez-vous auprès de la ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, Mme Frédérique Vidal, pour lui faire part de mes fortes réticences", ajoute-t-il, alors que cette dernière exige que les instances de l'UJM et de l'ENS approuvent avant le 30 septembre les statuts de l'établissement expérimental préfigurant l'Idex.

Gaël Perdriau assure que les présidents LR du département de la Loire, Georges Ziegler, et de la région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, "partagent (s)es réticences et (lui) ont indiqué qu'ils adopteraient la même position que Saint-Etienne Métropole".

Le précédent maire PS de Saint-Etienne, Maurice Vincent (2008-2014), ancien président de l'UJM et le socialiste Pierrick Courbon, tête de liste de la gauche et des écologistes aux municipales, ont récemment exprimé leurs inquiétudes liées aux risques de "perte d'autonomie" de l'université stéphanoise (20.000 étudiants), qui risque, selon eux, de devenir "une succursale universitaire de Lyon".

Article original publié sur BFMTV.com