La grande mosquée de Paris porte plainte contre Michel Houellebecq

© ISA HARSIN/SIPA

Dans le numéro de novembre de la revue créée par Michel Onfray, «Front populaire», un long entretien du philosophe avec Michel Houellebecq a suscité la polémique, en particulier un passage dans lequel l’écrivain prévoit que des actions violentes seront menées contre la communauté musulmane :

«Des gens s’arment, ils se procurent des fusils, prennent des cours dans les stands de tir. Et ce ne sont pas des têtes brûlées. Quand des territoires entiers sont sous contrôle islamique, je pense que des actes de résistance auront lieu? Il y aura des attentats et des fusillades dans des mosquées, dans des cafés fréquentés par les musulmans, bref des Bataclan à l’envers.»

Et il poursuivait : « Le souhait de la population française de souche comme on dit, ce n’est pas que les musulmans s’assimilent, mais qu’ils cessent de les voler et de les agresser. Ou bien, autre solution, qu’ils s’en aillent. »

« Attiser des discours discriminatoires »

Pour le recteur de la Grande mosquée de Paris, Chems-eddine Hafiz, qui a publié un communiqué ce mercredi, ces propos visent à «attiser les discours discriminatoires et les actes».

Toute en rappelant que « dans une société démocratique, la loi permet la critique des religions », la Grande Mosquée de Paris considère que le romancier s’est livré à «une provocation à la haine des musulmans » et annonce son intention de porter plainte.

Et le recteur conclut : « Michel Houellebecq affirme que les musulmans ne sont pas de vrais Français. Les musul...


Lire la suite sur ParisMatch