La plus grande extinction massive de tous les temps aurait commencé sur les continents

Laurent Sacco, Journaliste

En fouillant dans les archives sédimentaires de la Terre, les géologues et les paléontologues ont constaté, il y a longtemps déjà, une brusque coupure dans les faunes et les flores fossilisées datant d’il y a environ 252 millions d’années. Á cette époque, la période géologique dite du Permien se termine alors qu’il existe encore un seul continent, la Pangée, et un unique océan, la Panthalassa. En étudiant cette coupure, les chercheurs sont arrivés à la conclusion qu’à ce moment là, la biosphère du géochimiste Vladimir Vernadsky aurait subi sa plus violente crise biologique, le fameux Great Dying, à l’interface du Permien et du Trias comme le disent les paléontologues.  En effet, dans les océans, elle est spectaculaire avec environ 96 % des espèces qui disparaissent à ce moment-là, notamment les fameux trilobites très prisés des amateurs de fossiles. Sur les continents, ce sont environ 70 % des vertébrés.

On explique la grande extinction du Permien Trias par de gigantesques épanchements magmatiques ayant débuté quelques centaines de milliers d’années avant sa fin. Ces épanchements se trouvent en Sibérie, mais aussi dans la province d'Emeishan, en Chine. Les trapps de Sibérie, analogues à ceux du Deccan en Inde, auraient émis de grandes quantités de gaz carbonique qui auraient donc produit un réchauffement climatique.


À la fin du Permien, les gigantesques épanchements volcaniques des Trapps de Sibérie ont eu lieu en prélude à la plus importante crise biologique que la Terre ait connu comme l'explique cette vidéo. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Massachusetts Institute of Technology (MIT)

Des archives du Permien en Afrique du Sud

Les géologues et les paléontologues continuent d’explorer la mémoire de la...

> Lire la suite sur Futura