La plus grande extinction de masse de l'histoire aurait commencé par un hiver volcanique

·1 min de lecture

La crise du Permien, il y a 252 millions d'années, a décimé 95 % des espèces marines et 70 % des espèces terrestres. La plus grande extinction de masse que n'ait jamais connu notre Planète. De nombreuses hypothèses ont été avancées pour expliquer cette crise, la plus communément admise  étant celle d’une émission massive de CO2 due à une intense activité volcanique des Trapps de Sibérie (lire ci-dessous). En vomissant des torrents de lave, ces volcans auraient émis une grande quantité de gaz carbonique dans l’atmosphère, ce qui aurait conduit à un réchauffement massif et à une diminution du taux d’oxygène des océans, une anoxie.

Un hiver volcanique suivi d’un long réchauffement

Une nouvelle étude de l’université de New York avance aujourd’hui une autre piste qui viendrait s’ajouter à la première. La crise du Permien aurait bien débuté par des éruptions volcaniques… mais qui auraient dans un premier temps refroidi la Planète. « Dans le sud de la Chine, nous avons retrouvé des niveaux inhabituels de cuivre et de mercure dans les couches de cendres juste au début de la période », explique Michael Rampino de l'Université de New York, l'un des auteurs de l'étude parue dans Science Advances.

« Ces couches de cendres sont également riches en soufre, ce qui suggère un volcanisme explosif dans la région », poursuit-il. Or, contrairement aux éruptions sibériennes qui n’étaient pas de type explosif, les éruptions explosives comme celles de Chine relâchent des panaches de fumée et de cendres qui peuvent voyager dans la stratosphère sur des milliers de kilomètres. Ce nuage de cendres aurait eu un effet planétaire sur le climat, entraînant un bref...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles