Publicité

« Une grande dignité » : Jean-Luc Mélenchon justifie la présence d’élus LFI à l’hommage aux victimes du Hamas

Mercredi 7 février, soit quatre mois jour pour jour après le début de la guerre entre Israël et le Hamas, Emmanuel Macron a rendu hommage aux victimes françaises de l'attaque de l'organisation terroriste sur le sol de l'État hébreu, en parlant du « plus grand massacre antisémite de notre siècle ». Les portraits et les noms des 42 Franco-Israéliens tués ont été montrés dans la cour des Invalides : « Les visages des suppliciés du 7 octobre nous tendent un miroir où se reflète un peu de nous », a-t-il ajouté.

À lire aussi Hommage national aux victimes du Hamas : entre émotion et colère

Plus que l'hommage, c'est la présence d'élus LFI qui était particulièrement scrutée. En cause, le refus de certains d'entre eux de qualifier le Hamas d'organisation terroriste. Le président du Crif, Yonathan Arfi, a ainsi indiqué que leurs propos, « qui ont d'une certaine manière justifié ce qui s'est passé », rendent leur présence « indécente ». Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a également commenté leur présence, sur le réseau social X : « Invités par la présidence de la République, nos députés Mathilde Panot, Manuel Bompard, Éric Coquerel, et Caroline Fiat, nous ont représentés aux Invalides avec une grande dignité. Les grossièretés et les provocations ne leur font jamais oublier qu'ils incarnent la France dans les cérémonies nationales, ni le respect dû aux morts ».

Par ailleurs, le député Aymeric Caron (apparenté LFI) a été hué à son arrivée aux Invalide...


Lire la suite sur LeJDD