En grande difficulté, Casino sabre sa principale prévision financière pour 2023

Le distributeur Casino, en difficulté financière et en pleine restructuration de sa dette, a sabré jeudi sa prévision de bénéfice d'exploitation en France pour 2023, pâtissant encore de la baisse des prix décidée pour redresser son activité. Le groupe s'attend désormais à moins de 100 millions d'euros de bénéfice d'exploitation Ebitda, contre 214 millions annoncés en septembre. L'annonce intervient alors que le groupe a annoncé mardi son entrée en procédure de sauvegarde accélérée dans le cadre de sa restructuration financière. Casino, étranglé par une dette colossale, doit passer sous le contrôle du trio Daniel Kretinsky, Marc Ladreit de Lacharrière et Attestor, qui prévoient d'apporter 1,2 milliard d'euros d'argent frais.

Le groupe qui fête cette année ses 125 ans et qui compte 200.000 salariés dans le monde, dont quelque 50.000 en France, a également annoncé une perte d'exploitation de 12 millions d'euros en France au troisième trimestre, après paiement de loyers. Le chiffre d'affaires français, qui inclut les enseignes Monoprix et Franprix, recule de 8,3%, victime de la baisse des prix décidée pour attirer davantage de clients dans ses magasins. Le recul est particulièrement marqué pour les hypermarchés, avec une baisse de 16% du chiffre d'affaires au troisième trimestre, qui continuent de souffrir d'une désaffection de clients même si elle a tendance à être mieux contenue qu'avant.

Pour les supermarchés Casino et les autres enseignes, l'évolution du trafic client est «positive», (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Casino en procédure de sauvegarde accélérée pour «mettre en oeuvre» sa restructuration de dette
Paiements électroniques : Worldline dégringole en Bourse après avoir abaissé ses objectifs pour 2023
CAC : la Bourse de Paris en baisse à l'ouverture à l'aune de plusieurs résultats
Restructuration de Casino : les rayons des enseignes risquent-ils d'être vidés faute de fournisseurs ?
Bus RATP : l'ouverture à la concurrence, c'est pour bientôt