La Grande-Bretagne débauche les infirmiers de Malte, l'île s'inquiète

·2 min de lecture
LA GRANDE-BRETAGNE DÉBAUCHE LES INFIRMIERS DE MALTE, L'ÎLE S'INQUIÈTE

LA VALETTE, Malte (Reuters) - Le syndicat des infirmiers de Malte a fait savoir que les hôpitaux de l'île étaient confrontés à une crise du personnel étranger, débauché par la Grande-Bretagne à coup d'offres de travail plus attractives.

Sur les quelque 600 infirmiers ressortissants de pays tiers qui travaillent à Malte, environ 150 d'entre eux ont déménagé à l'étranger ou remis leur démission depuis décembre dernier, a-t-on appris de source syndicale.

Pendant la pandémie de coronavirus, d'autres pays du sud de l'Europe se sont également plaints de la pénurie d'infirmiers que les pays nordiques, plus riches, sont parvenus à attirer grâce à des propositions de travail plus alléchantes.

Les étrangers vivant à Malte, dont la capacité à parler anglais font d'eux des cibles attractives pour la Grande-Bretagne et l'Irlande, représentent autour de 15% de l'ensemble du personnel infirmier maltais.

Des agences de recrutement en Grande-Bretagne et en Inde ont diffusé des publicités sur Facebook exhortant les infirmiers de Malte à postuler à des emplois en Grande-Bretagne.

Des sources du secteur infirmier ont indiqué que les membres du personnel débauché se voyaient offrir un salaire de départ de 32.000 livres ou 36.000 euros, par rapport aux 18.722 euros versés aux infirmiers maltais en formation et aux 21.000 euros attribués au personnel qualifié.

Le syndicat des infirmiers a néanmoins déclaré que le salaire offert par la Grande-Bretagne n'était pas la raison première de leur départ de Malte, mais plutôt les conditions de vie attrayantes proposées, à commencer par la possibilité d'accéder à la citoyenneté plus rapidement.

"Le personnel infirmier actuel fait déjà face à une lourde charge de travail, aucun des services (...) ne disposant du personnel infirmier convenu", a affirmé dans un communiqué le chef du syndicat des infirmiers, Paul Pace.

"La perte de 15% du personnel infirmier va littéralement mettre les services de santé (maltais) à l'arrêt."

(Chris Scicluna, version française Juliette Portala)