Publicité

Dans la grande banlieue de Pékin, le méga-site de Yizhuang se démène pour attirer les investisseurs

L’économie chinoise est confrontée à une « forte incertitude », selon le Fonds monétaire international qui prévoit une croissance du PIB chinois de 4,6% cette année. Pékin tente de rassurer les investisseurs en mettant en place, notamment de nouveaux centres destinés à faciliter les démarches administratives des entreprises comme dans le sud est-de la capitale chinoise.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Des écrans digitaux partout et le cocktail intelligence artificielle associée à des services plus ou moins robotisés, la zone de développement économique et technologique d’Yizhuang, située près du nouvel aéroport de Pékin, a été rebaptisée « ville de l’innovation » par les organisateurs de ce voyage de presse.

Premier arrêt : le centre des affaires administratives de la zone de développement économique - 22 500 m², 586 agents - et son « guichet unique ». Le centre répond à 93 questions administratives dans une vingtaine de domaines et doit permettre d’accélérer les procédures pour les entreprises étrangères, confie l’un de nos guides. « Avec ces nouveaux comptoirs d’accueil, les étrangers doivent effectuer seulement deux visites contre quatre auparavant. Et les permis d’exploitation sont accordés dans les cinq jours ouvrés », explique-t-elle.

E-commerce, robots-taxis de Baidu sur la plus grande base de conduite autonome du pays, drones de Zhonghang Zhi, fusées porteuses Xinghe, semi-conducteurs SMIC, et industries pharmaceutiques dont Bayer et Sanofi, après Shenzhen, Canton, Shanghai, la zone d’expansion de la capitale chinoise se veut un modèle d’expansion pour les industries services, associé à une zone de libre-échange pilote.

Facteurs de ralentissement


Lire la suite sur RFI