"Il est grand temps de s'attaquer au commerce illégal de cigarettes"

·1 min de lecture

François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône et fondateur du parti "Liberté écologie fraternité", désire s'attaquer au commerce illégal de cigarettes, dont le coût social est élevé.

Le 4 février dernier en présentant la stratégie décennale de lutte contre le cancer, le président de la République a érigé la guerre contre le tabagisme en "priorité absolue" en appelant de ses vœux la génération qui aura 20 ans en 2030 à être la première génération sans tabac. Des mots forts, incantatoires, malheureusement restés sans suite.En fixant cet objectif ambitieux, Emmanuel Macron sait parfaitement que les milliards empochés par les cigarettiers devraient d’abord servir à rembourser les dégâts sanitaires conséquents provoqués par le tabac. Pour rappel, le coût social du tabac se chiffre à 120 milliards d’euros par an (soit 1 800 euros par an et par habitant, non-fumeurs compris), quand les recettes fiscales sur le tabac ne rapportent "que" 16 milliards d’euros par an.Un double manque à gagner pour l’État françaisL’idée n’est sans doute pas de jouer les pères fouettards et d’une nouvelle fois pénaliser les fumeurs, qui portent généralement seuls l’ensemble des mesures prises contre les cigarettiers.En réalité le problème est double : en augmentant les prix sans régler le problème du commerce parallèle on continue à jouer le jeu des cigarettiers qui gagnent sur les deux tableaux en voyant leurs profits grimper en flèche sur le marché du trafic illicite. Comme l’a...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Rentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"

Ecoles : une distanciation "d'un mètre latéral" entre élèves à partir du 22 juin

Mercredi 22 avril : Collègues et hiérarchie sont persuadés que l'enseignement virtuel est incompatible avec la poursuite du programme