: La plus grand sprinteuse française a d'autres projets

L'information vient du Journal du dimanche, à 39 ans ; Christine Arron met fin à sa carrière. La sprinteuse, enceinte, pense se reconvertir dans le conseil sportif.

Elle voulait une sortie discrète. Mais sa famille l'a convaincue. Christine Arron officialise. Enceinte de quatre mois, elle met fin à sa carrière sportive. C'est le JDD qu'elle a choisi pour se confier, en compagnie de son mari, et père de l'enfant, Benjamin Compaoré (6e du triple saut à Londres cet été).

Il y a dix ans, lorsqu'elle avait eu son premier fils Ethan, la recordwoman d'Europe du 100 mètres avait fait une pause. À l'époque, les spécialistes lui demandaient déjà pour quand était programmée la fin de carrière. Eh bien c'est pour aujourd'hui. «Après 35 ans, c'est devenu plus difficile au niveau récupération, c'est vrai. J'ai aussi joué de malchance. J'ai enchaîné les blessures qui m'ont privée de grandes compétitions».

La sportive reconnaît que «là encore, (elle) aurait bien aimé continué, mais bon, il faut bien arrêter un jour». Et puis, l'envie d'avoir un autre enfant a achevé de la convaincre : «L'horloge tourne, je me suis dit qu'il était temps de faire un second enfant. On en parlait depuis quelque temps avec Benjamin. C'est la décision d'avoir un enfant qui a entraîné la décision d'arrêter». Christine Arron ne cesse de le répéter, «je ne m'arrête pas parce que je suis trop vieille ou que j'en ai marre au contraire».

L'athlète dit qu'un retour à l'athlétisme après sa grossesse est possible. Dans le cas contraire, Christine Arron a déjà pensé à sa reconversion. En 2010, elle a passé un diplôme de droit du sport et vient d'obtenir son brevet d'éducateur sportif. «Je pense monter ma propre société avec l'aide de mes partenaires pour m'investir dans le sport bien-être : coaching, conseil en nutrition, etc».

Si Christine Arron est aussi bonne coach sportif qu'athlète (championne d'Europe à Budapest en 1998 au 100m), le succès devrait être au rendez-vous.



Retrouvez cet article sur gala.fr

: La plus grand sprinteuse française a d'autres projets
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.