Grand Paris : l'avertissement de Nicolas Sarkozy

Sapin, Charles
/ /Berzane Nasser/ABACA

LE SCAN POLITIQUE - L'ancien président de la République, qui déplore les luttes d'influence autour de la future collectivité, attend de l'État qu'il soit une «locomotive» sur le dossier.

Depuis sa sévère défaite à la primaire de la droite en novembre 2016, l'ancien chef de l'État, Nicolas Sarkozy, s'est astreint à un long silence médiatique. Un silence qu'il a décidé de briser, ce mercredi, pour s'exprimer sur un sujet qui lui tient particulièrement à cœur. Il n'est question ni de littérature, ni du parti Les Républicains, ni même des prochaines échéances électorales… Mais du Grand Paris. 

Dans sa première interview accordée au quotidien l'Opinion , le prédécesseur de François Hollande a appelé l'État à «être la locomotive du Grand Paris.» «Il n'y a qu'un seul acteur décisif au vu de l'avancée du projet, c'est l'État. Pense-t-on qu'un des 234 maires franciliens peut le faire? Que la maire de Paris, qu'un président de conseil départemental ou que la présidente de la région, qui n'a pas toutes les compétences en la matière, peut le faire? Non», tonne-t-il alors que de nombreux acteurs publics se poussent du col pour prendre les rênes et présider aux destinées de cette structure dont les contours restent à définir. 

Cette déclaration peut être perçue comme une pierre lancée dans le jardin de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, partisane d'une «régionalisation» de ladite métropole du Grand Paris. Une flèche qui a été saluée comme telle par la maire de Paris, Anne Hidalgo, sur Twitter: «Merci au Président Nicolas Sarkozy pour cette contribution utile au débat sur le Grand Paris. Oui, ce sujet transcende le clivage gauche/droite.»

L'ancien chef de l'État n'a pas omis de se poser en père du projet, après avoir lancé il y a dix ans, en 2007, un secrétariat d'État au développement de la «région capitale» auquel il avait nommé l'ancien président (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Sarkozy et Wauquiez s'afficheront ensemble vendredi
Présidence de LR : Pécresse s'affiche aux côtés des adversaires de Wauquiez
Un hommage national sera rendu à Jean d'Ormesson vendredi aux Invalides
Jean d'Ormesson, homme de droite aimé par la gauche
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages